Le modèle d’Hassenzahl

Pour comprendre au mieux cet article, je vous recommande d’avoir des bases en terme d’UX Design et/ou d’avoir lu mon article introductif. Bonne lecture !

Ce modèle développé par Marc Hazzenzahl au début des années 2000, a été présenté au public en 2003 dans son livre The Thing and I: Understanding the Relationship Between User and Product.

Il décrit le processus de conception de l’UX Design par 2 perspectives complémentaires.

Dans un premier temps celui du concepteur :

ux-by-designer

Le « produit » a des caractéristiques (contenu, présentation, fonctionnalité…) qui sont sélectionnées et combinées. Elles ont pour but de donner un « caractère particulier » au produit. Ce caractère est une intention du concepteur et celui-ci fait en sorte qu’il soit perçu de la bonne manière par les utilisateurs (nouveauté, utilité, prévisibilité…).

Et dans un second temps celui de l’utilisateur :

ux-by-user

Les utilisateurs de leur côté, vont entrer en « contact » avec le produit et en avoir une vision personnelle, ce qui est défini comme le « caractère apparent ».

C’est la perception qu’a l’utilisateur du caractère que le concepteur a voulu exprimer. Cependant, celle-ci est subjective. Ce n’est donc pas une certitude que l’utilisateur la reçoive correctement. C’est une combinaison des attentes de l’utilisateur (qui changent selon l’individu et à travers le temps) et des intentions du concepteur.

Il y a 3 types de conséquences à ce caractère apparent :

  • Jugement sur l’attrait
  • Véhicule des émotions (satisfaction, souvenirs…)
  • Change les comportements (utilisation/détournement du produit)

C’est pourquoi un processus de conception rigoureux doit être appliqué, pour s’assurer que les caractéristiques choisies pour le produit vont bien communiquer le caractère souhaité. – Carine Laellemand

Les attributs hédonistes et pragmatiques

Selon le modèle d’Hassenzahl, les utilisateurs perçoivent donc ces produits interactifs à travers 2 dimensions.

Tout d’abord les qualités pragmatiques, elles correspondent à la manipulation de l’environnement. Celles-ci demandent des fonctions utiles et utilisables. Un produit pragmatique soutient l’accomplissement du but ou des tâches à réaliser.

Le focus ici est sur le produit (utilité, utilisabilité, réalisation des tâches). – Carine Laellemand

Les attributs hédoniste quant à eux, servent à stimuler et faire ressentir du bien-être à l’utilisateur. Notamment en permettant l’identification ou l’évocation d’une chose liée au plaisir de l’individu.

Ces deux dimensions (pragmatique et hédoniste) vont influencer la perception subjective de l’attractivité du produit ou système, qui va donner naissance à des comportements (par exemple une utilisation accrue) et émotions (ex : joie, frustration). – Carine Laellemand

Ce modèle étant assez fourni, je le poursuivrai samedi avec les notions de caractère du produit et les modes d’usage ainsi que sur le questionnaire AttrakDiff. Merci de m’avoir lu et n’hésitez pas à le partager si vous l’avez trouvé intéressant.